partition


partition

1. partition [ partisjɔ̃ ] n. f.
particion « division, partage » 1170; lat. partitio « partage », de partiri 2. partir
IVx Division.
Mod. Blas. Division de l'écu par des lignes droites.
II(angl. partition) Anglic.
1Partage (d'un pays, d'un territoire). La partition de Chypre.
2Math. Partage d'un ensemble en parties non vides, disjointes deux à deux et dont la réunion reconstitue cet ensemble.
Phys. Séparation d'un nucléide en deux ou plusieurs nucléides. fission.
partition 2. partition [ partisjɔ̃ ] n. f.
• 1636; lat. partitio « partage », avec infl. de l'it. partitura « partition »
Notation d'une composition musicale, superposant les parties vocales et instrumentales, permettant une lecture d'ensemble. Il faut « que celui qui conduit un concert ait la partition sous les yeux » (Rousseau). Partition d'orchestre, de piano. Déchiffrer, lire une partition. Les portées d'une partition. Jouer sans partition, de mémoire.
Par ext. Composition musicale. Les thèmes d'une partition.

partition nom féminin (latin partitio) En héraldique, figure géométrique obtenue par des lignes qui partagent l'écu en un nombre pair de divisions égales d'émaux alternés. ● partition nom féminin (anglais partition) Division d'un territoire en plusieurs régions dotées de régimes politiques différents : La partition de l'Inde. Zone de mémoire allouée à un programme lors de son exécution en multiprogrammation. ● partition nom féminin (italien partizione) Page ou recueil de musique représentant la totalité d'une œuvre. ● partition (difficultés) nom féminin (anglais partition) Emploi Au sens de « partage politique (d'une unité territoriale) », ce calque de l'anglais partition (découpage, division, partage) est désormais bien intégré au français. Remarque Le mot est attesté en ancien français dans le sens de « partage ». C'est par ailleurs un terme d'héraldique (la partition de l'écu = sa division en plusieurs parties). ● partition (expressions) nom féminin (anglais partition) Partition d'un ensemble E, famille de parties non vides de E, deux à deux disjointes et dont la réunion est E. (Les classes d'équivalence pour une relation d'équivalence définie sur un ensemble forment une partition de cet ensemble.) ● partition (expressions) nom féminin (italien partizione) Mettre en partition, superposer les parties séparées d'une œuvre musicale pour en permettre la lecture globale.

partition
n. f. Division, partage (d'un territoire).
————————
partition
n. f. MUS Texte d'une oeuvre musicale; partie jouée par un instrument. Partition de hautbois.

⇒PARTITION, subst. fém.
A. —1. Vx ou littér. Action de partager ce qui forme un tout ou un ensemble; p.méton. résultat de cette action, partie d'un ensemble organisé. Synon. division, partage, séparation. Une mouche-maçonne (...) commence à construire ses alvéoles sur le chambranle de la porte (...). Le soir du second jour, quatre ou cinq alvéoles ont été joints au premier. Le tout forme un bloc; on ne distingue plus les partitions (GIDE, Retour Tchad, 1928, p.954). Que les artistes se proposent une partition de l'espace en surfaces ou volumes (...), ils n'envisagent jamais que l'aspect proprement plastique de leur art (HUYGHE, Dialog. avec visible, 1955, p.191).
2. Spécialement
a) HÉRALD. ,,Nom générique donné aux figures géométriques obtenues par des lignes (verticales, horizontales ou diagonales) qui partagent l'écu en un nombre pair de divisions égales et d'émaux alternés`` (PAST. Hérald. 1979). Avez-vous remarqué s'il y avait quelque armoirie peinte sur les portières? (...). —Je ne saurais le dire, répondit Sigognac; un héraut d'armes même (...) n'aurait pas discerné les émaux et couleurs d'un écu, encore moins ses partitions, figures et pièces honorables (GAUTIER, Fracasse, 1863, p.300).
b) MATH. ,,Une partition d'un ensemble E est une famille de parties de E, disjointes deux à deux et dont la réunion est l'ensemble E. Tout élément de E appartient donc à une et une seule de ces parties. Par exemple, une partie de E et son complémentaire dans E constituent une partition de E`` (CHAMB. 1981).
c) POL. Division (d'un territoire, d'un pays) en plusieurs États indépendants. La partition de la Corée. Une question brûlante continuait à diviser les deux pays: celle de la «partition», c'est-à-dire le maintien de l'Ulster ou Irlande du Nord, peuplée en majorité de protestants loyaux envers la couronne et farouchement antipapistes, dans les limites de l'empire britannique (Le Figaro littéraire, 30 sept. 1968, p.26, col. 1).
Rem. M.-O. Lacamp ds Vie Lang. 1961, n° 117, p.656, donne une précision intéressante sur la diffusion du sens A 2 c: Autant que je sache, partition s'est trouvé vulgarisé en France à propos de l'opération entreprise par les Britanniques en 1947, lorsqu'ils accordèrent à l'Inde son indépendance, sous la condition (plan Mountbatten, mai 1947) d'un partage de l'empire des Indes entre les deux factions politico-religieuses du Congrès (hindou) et de la Ligue (musulmane) pour la constitution de deux États distincts, l'Inde et le Pakistan.
B.MUSIQUE
1. Partition (de chef d'orchestre). Réunion synoptique de toutes les parties (voix et/ou instruments) d'une composition musicale, notées sur autant de portées distinctes et disposées les unes au-dessous des autres, de manière à en saisir l'ensemble d'un seul coup, les parties les plus aiguës aux lignes supérieures, les plus graves aux lignes inférieures (d'apr. BACH.-DEZ. 1882); p.méton. partie spécifique à interpréter par un instrumentiste ou un chanteur. Une partition d'orgue, de piano; une partition d'opéra; déchiffrer, lire une partition; suivre sur la partition; diriger avec, sans partition; composer, écrire une partition; la partition de «Don Juan». Le musicien voit et croit entendre simultanément, en parcourant une page de partition, l'effet harmonique de toutes les parties (MAINE DE BIRAN, Influence habit., 1803, p.83):
1. Mais la musique se passe fort bien des mots, du moins pour un temps. Il lui arrive même de se passer totalement de signes, donc de partitions.
SCHAEFFER, Rech. mus. concr., 1952, p.80.
Grande partition ou partition d'orchestre; partition abrégée, réduite. ,,On appelle grande partition, ou partition d'orchestre, celle qui contient (...) toutes les parties; partition réduite, ou abrégée, et quelquefois conducteur, celle qui résume la grande partition`` (BRENET, Mus., 1926, p.335). V. aussi conducteur ex. 8.
P. métaph. Ce qu'elle me disait, je l'avais toujours suivi sur la partition ouverte de son visage où les yeux tenaient beaucoup de place (PROUST, Guermantes 1, 1920, p.134).
2. P. méton.
a) Cahier où est écrite, imprimée une partition. Feuilleter, poser les partitions. Le garçon chargé de mettre les partitions sur les pupitres à l'orchestre (BALZAC, Cous. Pons, 1847, p.291). La Phonothèque nationale, (...) se trouvera rapprochée du fonds des partitions (CAIN, Transform. B. N., 1959, p.67).
b) Composition musicale. Partition admirable, remarquable; les motifs, les thèmes d'une partition. Emmanuel, comme Fauré dans Prométhée, faisait alterner le parlé et le chant dans sa partition, sans restreindre pour cela la part de la musique (DUMESNIL, Hist. théâtre lyr., 1953, p.208):
2. Quant au Serment, nous n'avons ni compris ni essayé de comprendre la fable et les paroles de cet opéra, mais nous avons pleinement joui de la brillante et gracieuse partition dont M. Auber l'a revêtu.
MUSSET ds R. des Deux Mondes, 1832, p.242.
P. métaph. Quand, de part et d'autre, deux êtres ont échangé les duos de cette délicieuse partition [de l'amour] et qu'ils se plaisent encore, on peut dire qu'ils s'aiment véritablement (BALZAC, Muse départ., 1844, p.178). Le cousin (...) a ouvert devant lui, tandis qu'il demeure de l'aube au crépuscule à son poste d'écoute, cette partition qui le dispense d'en déchiffrer aucune autre: les odeurs et les sons, les nuages, un aboi (MAURIAC, Mém. intér., 1959, p.113).
REM. Partitionnette, subst. fém., fam. Petite partition. Un grand personnage qui, pris tout à coup de fantaisie musicale, désirait écrire une partitionnette d'amateur (HALÉVY, Carnets, t.1, 1865, p.223). [Le Portrait de Manon, Suite de Massenet sur son opéra Manon] constitue le meilleur catalogue thématique, exact et complet, de Manon. Tous les motifs de la partition se retrouvent dans la partitionnette, rappelés avec un à-propos parfait (WILLY, Entre deux airs, 1895, p.2).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist.I. 1. Ca 1175 particion «participation» (BENOÎT DE STE-MAURE, Ducs de Normandie, éd. C. Fahlin, 3751) seulement a. fr.; 2. a) 1360 «partage, répartition» (ORESME, Quadripartit, Richel. 1349, f° 4d ds GDF.: Il parla de la particion de la populacion de la terre); début XVIes. partition «partage, division d'un territoire, d'un pays» (FOSSETIER, Cron. Marg., ms. Brux., I, f° 123 r°, ibid.); b) 1950 «division d'un territoire en plusieurs régions dotées de régimes politiques différents» (Tibor MENDE, L'Inde devant l'orage [trad. de l'angl.], p.162); 3. 1644 hérald. (M. VULSON, La Science héroïque, traitant de la noblesse, de l'origine des armes, de leurs blasons et symboles, p.79); 4. 1845 bot. «chacune des divisions d'une feuille» (BESCH.). II. 1636 mus. (MERSENNE, Harmonie universelle, p.264). Empr. au lat. partitio «partage, division, répartition», dér. de partire «diviser, partager»; le sens I 2 b est repris à l'angl. partition «division d'un territoire», propr. «partage» (dep. 1474 ds NED), lui-même empr. au fr. partition (v. REY-GAGNON Anglic.) Au sens II, le mot a peut-être subi l'infl. de l'ital. partitura «id.» (dep. le XVIIes. d'apr. DEI; v. BL.-W.1); l'ital. partizione (BL.-W.2-5) et HOPE, 297) est plus récent (XVIIIes.) et plus rare. Fréq. abs. littér.:201. Fréq. rel. littér.:XIXes.: a) 134, b) 166; XXes.: a) 261, b) 493.

1. partition [paʀtisjɔ̃] n. f.
ÉTYM. 1170, particion « division, partage »; lat. partitio « partage », de partiri « partager ». → 2. Partir.
———
I Vx ou didact. Division, partage (encore dans Buffon).Partage d'un discours (La Bruyère, XV).Blason. Division de l'écu par des lignes droites (→ Écu, cit. 2).
tableau Termes de blason.
———
II (Repris à l'angl. partition).
1 Partage (d'un pays, d'un territoire).
1 Partition. — Jadis réservé aux compositeurs ou aux héraldistes, aujourd'hui applicable aux pays soumis au partage, terme sans doute trop simple.
Pierre Daninos, le Jacassin, p. 93.
2 Lorsque j'avais demandé à Nehru « ce qu'il avait jugé le plus difficile », il m'avait répondu très vite, comme pour écarter une autre réponse, — qui eût été, sans doute : le Pakistan. Non qu'il craignît une attaque pakistanaise, comme le suggéraient les journaux européens; mais parce que l'action non-violente était mise en question plus dangereusement par la Partition qu'elle ne l'avait été par l'Angleterre.
Malraux, Antimémoires, p. 216.
2 Math. Dans un ensemble, Formation de sous-ensembles disjoints (deux à deux) et le recouvrant tout entier.
————————
2. partition [paʀtisjɔ̃] n. f.
ÉTYM. 1690; ital. partizione. → Partita.
1 Mus. Notation de l'ensemble des parties (cit. 18, Rousseau) d'une composition musicale, disposées les unes au-dessous des autres, de l'aigu (en haut) au grave, de manière à se correspondre dans le temps. || Partition d'orchestre, d'opéra… || Grande partition, comprenant toutes les parties. || Partition de poche. || Partition abrégée. || Partition de chant d'un opéra, ne comportant que les parties de chant et une réduction de l'orchestre au piano. || Partition de piano, d'orgue. || Lire la partition, suivre sur la partition. || Chef d'orchestre qui dirige sans partition, de mémoire. || Écrire une partition de musique (cit. 33) pour un poème.
Cahier où est écrite, imprimée une partition. || Feuilleter la partition. || Mettre les partitions sur les pupitres (→ Gagiste, cit.).
1 L'usage des partitions est indispensable pour composer. Il faut aussi que celui qui conduit un concert ait la partition sous les yeux (…) elle est même utile à l'accompagnateur (…) mais quant aux autres musiciens, on donne ordinairement à chacun sa partie séparée (…) Il y a pourtant quelques cas où l'on joint dans une partie séparée d'autres parties en partition partielle (…)
Rousseau, Dict. de musique, Partition.
2 Composition musicale (→ Inédit, cit. 2). || Les principaux motifs, thèmes, leitmotive d'une partition.
2 La phrase dite par le fils sur la tonique, redite par le père sur la dominante, appartient au système simple et grave sur lequel repose cette partition, où la sobriété des moyens rend encore plus étonnante la fertilité de la musique.
Balzac, Massimilla Doni, Pl., t. IX, p. 371.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • partition — par·ti·tion /pär ti shən/ n: the severance voluntarily or by legal proceedings of common or undivided interests in property and esp. real property: division into severalty of property held jointly or in common or the sale of such property by a… …   Law dictionary

  • partition — par‧ti‧tion [pɑːˈtɪʆn ǁ pər , pɑːr ] noun [countable] 1. a thin wall that divides one part of a large room from another, for example in an open plan office: • glass partitions 2. COMPUTING one of the parts that a computer’s memory, such as a… …   Financial and business terms

  • Partition — Par*ti tion, n. [F. partition, L. partitio. See {Part}, v.] 1. The act of parting or dividing; the state of being parted; separation; division; distribution; as, the partition of a kingdom. [1913 Webster] And good from bad find no partition. Shak …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Partition — Par*ti tion, v. t. [imp. & p. p. {Partitioned}; p. pr. & vb. n. {Partitioning}.] 1. To divide into parts or shares; to divide and distribute; as, to partition an estate among various heirs. [1913 Webster] 2. To divide into distinct parts by lines …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Partition — (lat. partitio ‚Abschnitt, Teil‘), auch Partitionierung (‚Aufteilung‘), bezeichnet: die Landesteilung in der Politik in der Mengenlehre eine Unterteilung von Mengen, siehe Partition (Mengenlehre) die Unterteilung von Datenträgern, siehe Partition …   Deutsch Wikipedia

  • partition — Partition. s. f. Terme d arithmetique. Division d un nombre par un autre. Regle de partition. Il signifie aussi une Composition de musique dont toutes les parties sont ensemble l une au dessous de l autre. A voir la partition de cette musique on… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • partition — [n] divider, division allotment, apportionment, barrier, detachment, disconnection, dissolution, distribution, disunion, dividing, hindrance, obstruction, parting, portion, rationing, rupture, screen, segregation, separation, severance, share,… …   New thesaurus

  • partition — ► NOUN 1) a structure dividing a space into parts, especially a light interior wall. 2) division into parts, especially the division of a country into self governing parts. ► VERB 1) divide into parts. 2) divide or separate (a room or part of a… …   English terms dictionary

  • partition — [pär tish′ən] n. [ME particioune < L partitio] 1. a parting or being parted; division into parts; separation; apportionment 2. something that separates or divides, as an interior wall dividing one room from another 3. a part or section;… …   English World dictionary

  • Partition — (v. lat. Partitio), 1) Theilung; 2) so v.w. Division …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Partition [1] — Partition (lat.), Teilung, Einteilung. In der antiken Rhetorik heißt partitio das Zerlegen des Ganzen in seine Teile (oft von divisio, dem Zerlegen der Gattung in ihre Arten, noch unterschieden) …   Meyers Großes Konversations-Lexikon